Chronique du professeur Cyr 05/06/2018 : Les emplois fautifs

IDENTIFIER: Exemple :« Nous devons identifier nos priorités »
Le verbe « IDENTIFIER » est aussi souvent employé à mauvais escient.
Premièrement, il n’a pas le sens de « Indiquer son identité ».

On ne s’identifie pas, en revanche on donne son identité, on se nomme, on se présente. De même, pour nommer une série d’éléments, on évitera d’employer le verbe « IDENTIFIER ».

Deuxièmement, le verbe « IDENTIFIER » constitue un anglicisme dans les utilisations comme :

On dira plutôt : « Déterminer, Définir, Etablir des priorités, des objectifs » ; « Déceler ou Découvrir les goûts » ; « Proposer, recommander, suggérer les correctifs ».

INTERPELLER /INTERPELER: Exemple « Ces évènements doivent nous interpeller »
Le verbe INTERPELLER ne signifie pas « Attirer l’attention » de quelqu’un sur quelque chose ;
on interpelle quelqu’un sur un sujet ; Exemple : la police interpelle un individu ; on interpelle quelqu’un dans la rue. En revanche, une chose ou un sujet ne peut interpeller quelqu’un. C’est donc une impropriété, une incorrectionde dire « ces évènements doivent nous interpeller » ;

On dit plutôt : « ces évènements doivent s’imposer à notre attention » ou « doivent nous inciter à agir » etc.

LISIBILITE : Exemple « Une politique économique qui manque de lisibilité » ; « la lisibilité d’une action »
L’adjectif « LISIBLE » signifie ce qui est « Aisé à lire, ce qui est facile à déchiffrer, ce qui est bien rédigé » par Exemple : « une écriture bien lisible ». Par extension, « LISIBLE » désigne aussi cequiest « Facile à déceler » ; Exemple« le bonheur était lisible dans ses yeux, la tristesse était lisible sursonvisage ».Le terme « LISIBILITE » qui en est dérivé, a des extensions de sens également parallèles ; Exemple : « La lisibilité d’une écriture ».

Mais on ne doit pas étendre ces sens aux réalités abstraites, pour lesquelles **on préfèrera des termes comme « CLARTE, COHERENCE, INTELLIGIBLE etc. »

Et donc, on dira en bon françaisUne politique économique qui manque de clarté ; de cohérence »; etc.
DONT : Exemple : « Cet homme dont j’apprécie ses compétences »
Le pronom relatif « Dont », donne lieu trop souvent à des erreurs, car on oublie qu’il marque l’appartenance et la possession, et l’on ajoute fautivement dans la subordonnée relative, un pronom possessif se rapportant à l’antécédent. Lorsque dans la subordonnée relative l’emploi de dont permet de déterminer le possesseur, on n’emploie pas de déterminant possessif. De même, le pronom relatif « DONT » contient déjà « DE », et donc

on ne dit pas « C’est DE cela DONT il s’agit » mais « C’est cela dont il s’agit » ou « C’est DE cela qu’il s’agit ».

A MINIMA : Exemple : « il faudra réduire les dépenses a minima ».
La locution « A MINIMA » appartient au domaine du droit ; cette locution tirée du latin juridique« a minima poena »qui veut dire :« à partir de la plus petite peine » ,et se rencontre dans l’expression « appel a minima », qui signifie que le ministère public fait appel pour demander l’augmentation d’une peine qu’il juge trop clémente. On ne doit pas en faire un synonyme de : « AU MINIMUM ou AU MOINS » ,

et on se gardera de l’employer en dehors de son cadre juridique

Auteur : Prof Cyr Adomayakpor