Togo/Affaire de cachet des artistes: dépité, Mic Flammez crache ses vérités

Mic Flammez

L’un des problèmes fondamental auquel font face les artistes togolais reste le cachet. Ils sont nombreux à dénoncer que les cachets sont dérisoires et ne reflètent pas le travail abattu. Même si des voix se sont toujours levées dans le show biz pour dénoncer cet état de fait, rien ne va.

Depuis quelques jours, le problème est encore survenu créant plusieurs réactions au sein du showbiz. En effet, le problème concerne les cachets pris par les artistes togolais lors du Moov Summer. Plusieurs réactions ont circulé estimant que les artistes étrangers ont eu des cachets très supérieurs aux artistes locaux. Le cas qui a été révélateur et dénoncé fut celui de l’artiste Olamidé, qui selon plusieurs réactions n’a pas été à la hauteur de la soirée mais qui s’en sort avec un gros pactole. Alors que Black T, l’un des meilleurs de sa génération qui a ambiancé la foule a eu une maigre ration.

C’est dans cette succession de réactions, que celui qui se proclame le PDRG (Président Du Rap Game) Mic Flammez est sorti de son silence pour adresser un message clair et franc à ses collègues. Il appelle ces derniers à être soudé et réclamer de meilleures conditions. Mais, il dénonce tout de même le jeu d’hypocrisie auquel s’adonnent certains artistes.

Ci-dessous sa réaction
« Collègue artiste,
Si le cachet est minable, refuse et reste à la maison. Souvent vous acceptez, vous y allez puis vous venez vous plaindre. J’ai préféré rester au studio ou dans ma maison et faire mes business que d’accepter des sommes qui ne cadrent pas avec l’effort physique et financier mis dans mes projets musicaux !
Si tu connais ta valeur tu sais ce que t’as à faire. Ce combat est bien mais par le passé nous nous sommes unis pour ce combat mais quelques judas sont passés derrière pour aller prester. Si l’histoire doit se répéter je préfère me taire sur ce combat. » Dixit Mic Flammez.

Mais pour beaucoup d’observateurs du showbiz togolais, une solution idoine ne sera pas trouvée si les artistes eux-mêmes ne sont pas uni. Et aussi, le débat souvent ne se fait pas en prenant de la hauteur. Les injures, les querelles minent beaucoup cette corporation.

S. R.