Togo : le gouvernement veut éradiquer définitivement la vindicte populaire

Togo : le gouvernement veut éradiquer définitivement la vindicte populaire
Photo de famille des participants

Un forum national d’un jour sur la vindicte populaire s’est tenu ce vendredi 6 décembre à Lomé au Relais de la Caisse. Une initiative du Ministère des droits de l’homme et des relations avec les institutions de la République (MDHRIR) en patentait avec le Pro Cema.

Le Togo, un pays d’Afrique de l’Ouest qui continue sa mue vers la démocratie et l’Etat de droit a aboli la peine de mort en 2009. Il a adhéré en juillet 2015 au deuxième Protocole facultatif se rapportant au pacte international relatifs aux droits civils et politiques (PIDCP) visant à abolir la peine de mort. Mais malgré les avancées notables et d’autres action menée en 2018 et 2019, force est de constater que la vindicte populaire et l’impunité sont grandissantes dans le pays. Ce forum national vient à point nommé corriger cet état de fait alors que le Togo se dirige progressivement vers les élections présidentielles en février 2020.

Au total, ils sont 80 participants à prendre part à ce forum national qui a pour objectifs de contribuer de façon significative à la lutte contre la vindicte populaire, de créer une conscience sur l’ampleur du phénomène de vindicte populaire dans notre pays, de créer un cadre d’échanges et de réflexion en vue de la lutte contre le phénomène de la vindicte populaire. Et enfin, d’identifier les défis et les actions de lutte contre le phénomène.

Dans son discours inaugural de ce forum national, le Directeur de Cabinet du MDHRIR, Blaise komlan Narteh Messan, représentant le ministre de tutelle, M. Christian Trimua a tenu à lever tout équivoque. « La volonté du gouvernement de garantir la vie à chacun de  nos concitoyens ne souffre d’aucune ambigüité », a-t-il souligné. Il a cité quelques exemples concrets qui montrent que le gouvernement tient beaucoup à la vie de ses populations. Le Directeur de Cabinet a invité les participants à mettre du sien pour qu’à la fin de ce forum, ils puissent être des vrais ambassadeurs de l’éradication de la vindicte populaire au Togo.

« Le forum se déroule en deux grandes étapes. Une première qui est un panel avec des spécialistes de la justice et de la sécurité qui vont partager avec les participants les dispositions prises dans chacune des deux institutions face à ça et en quoi cette pratique est contraire à ces dispositions, car nul ne doit se rendre justice sinon l’État. Et la seconde étape sera de voir quelles sont les conséquences sur le droit sacré qui est la vie », a ajouté le DC, Blaise komlan Narteh Messan

Quant à la représentante de l’ambassadrice de l’Union européenne au Togo, qui est la chargée de programme à la délégation de l’UE, le Togo a fait d’énormes progrès et doit continuer dans ce sens. Elle a rappelé que la vindicte populaire n’est pas un problème propre au Togo. Ce fléau est connu en Afrique et chaque gouvernement prend des dispositions pour mettre fin à cette situation.

SR