AP-Togo exhorte les femmes commerçantes transfrontières à se constituer en groupement

AP-Togo exhorte les femmes commerçantes transfrontières à se constituer en groupement

Le commerce en général et par ricochet le commerce transfrontalier est majoritairement pratiqué par les femmes. Mais force est de constater que ces femmes dont les produits sont souvent issus de la petite industrie et de l’agriculture ignorent les avantages qu’elles peuvent tirés  en se mettent ensemble pour former des groupements. C’est pour amener ses femmes à s’approprier des avantages résultants de leur constitution en groupement que l’Association Assistance-Togo (AP-Togo) a entamé une série de sensibilisation dont une première à Cinkassé les 24 et 25 novembre de l’année écoulé puis deux autres à Lomé plus précisément à Aflao les 14 et 25 octobre et à Hillacondji les 11 et 12 décembre derniers.

Elles étaient en tout 45 femmes  dont 15 femmes par séances de formation à prendre part à ces formations axées sur le thème « initier des groupements de femmes commerçantes par secteurs d’activités commerciales pour leurs permettre de discuter des problèmes spécifiques afin de renforcer leurs voix ».

Ces formations ont pour objectifs d’inciter les femmes commerçantes à se former en groupement afin de minimiser la concurrence et mieux défendre leurs droits.

Pour y parvenir, ces femmes ont suivi des communications sur des modules portant sur la définition de groupement et le nombre de personnes qui  peuvent le composer ; l’importance des femmes de se constituer en groupement en l’occurrence par secteur d’activité ; comment former un groupement ; enfin, pourquoi crée les communautés d’Epargne et de crédit internes (CECI).

Par ailleurs, au cours des échanges, les participants ont eu à soulever beaucoup d’inquiétudes. Elles ont voulu par exemple savoir si l’Association AP- Togo l’accompagnera dans leur réunion ? Combien de fois devraient-elles se réunir et où ? Et si un groupe atteint le nombre nécessaire pour former un groupement dans un secteur est-il possible de former un autre dans un même secteur ?

Pour lever ces équivoques, la Directrice exécutive d’AP-Togo, madame Panakinaou Piyalou a tenu à les rassurer de l’accompagnement continuel et pour le nombre de réunion deux fois par mois s’avèrent suffisant. Quant à leur inquiétude de savoir si elles peuvent multiplier les groupements dans un même secteur, madame la directrice d’AP- togo a répondu par l’affirmatif.

Rappelons que ces campagnes de sensibilisation ont été possible grâce au soutien financier d’African Women’s Development Fund (AWDF).