Togo/Port Autonome de Lomé: la stratégie du gouvernement pour accroître le trafic

Bientôt plus de tracasseries dans le traitement des marchandises au Port Autonome de Lomé (PAL). En effet les autorités togolaises ont décidé de mettre sur pied une plateforme pour palier au problème de lenteur dans le traitement des marchandises. Cette plateforme vise à désengorger le PAL.

Port en eau profonde en Afrique subsaharienne, le PAL constitue un poumon de l’économie du Togo. Pour cette principale raison, les autorités veulent mettre les bouchées doubles pour une rentabilité efficace.

Lomé est le premier terminal à conteneurs d’Afrique de l’Ouest, avec un trafic de près de 1,2 million d’équivalents vingt pieds (EVP). Ses atouts en font un véritable pôle d’éclatement des marchandises sur la côte ouest-africaine – grand domaine portuaire, port franc, rapidité des formalités, réhabilitation et construction d’infrastructures de relais (en particulier les voies de contournement de la capitale), etc.

Depuis cinq ans, le Port autonome de Lomé (PAL) est devenu une plateforme de transbordement de premier plan en Afrique de l’Ouest, avec la mise en service, en octobre 2014, d’un troisième quai, Togo Terminal, financé par le groupe Bolloré, ainsi que de la nouvelle darse de Lomé Container Terminal (LCT) – joint-venture entre l’armateur italo-suisse Mediterranean Shipping Company (MSC) et China Merchants Holdings International –, réalisés avec le concours des grands bailleurs de fonds internationaux.

La rédaction