Togo/Fermeture des écoles : échanges fructueux entre le président de la commission éducation au Parlement et l’UFEPLAT

0
312 vues

L’honorable Innocent Kagbara du PDP et président de la Commission de l’éducation et du développement socio-culturel de l’Assemblée nationale a eu une rencontre le jeudi 14 mai avec l’Union des Fondateur des Écoles Privés et Laïques du Togo (UFEPLAT). Plusieurs sujets étaient à l’ordre du jour surtout sur la fermeture des écoles et aussi l’aide que l’Etat peut apporter à ces écoles dans cette période de COVID-19.

Les échanges furent courtois et fructueux.

Ci-dessous le résumé des échanges :

Rencontre d’échanges entre une délégation du UFEPLAT et l’honorable Innocent Kagbara.

Le président de la commission de l’éducation et du développement socio-culturel de l’Assemblée nationale a échangé avec une délégation de l’Union des Fondateurs d’Ecoles Privées Laïques du Togo, ce jeudi 14 mai 2020 .

La délégation composée de six membres de l’association est venue présenter, au président de la commission, les énormes difficultés rencontrées par les écoles privées en ces moments de crise sanitaire aiguë due à l’apparition du covid 19.
En effet, depuis l’apparition de cette maladie qui fait et continue de faire des victimes un peu partout dans le monde, les gouvernements de plusieurs pays touchés par cette terrible maladie ont pris des décisions courageuses afin de freiner la propagation du virus.

Au nombre de ces mesures, se trouve la fermeture des écoles. Une situation qui n’est pas sans conséquences dans le milieu scolaire en général et particulièrement sur les écoles privées du Togo.
Faute de moyens financiers, ces écoles privées sont réduites à elles-mêmes et sous le courroux des enseignants qui du jour au lendemain se retrouvent sans salaires.
Pire, les nombreuses charges fiscales imposées par la caisse nationale de sécurité sociale et les services des recettes de l’OTR à ces écoles constituaient déjà en temps normal, une véritable épée de Damoclès sur la tête de ces établissements scolaires. Et avec l’apparition du Coronavirus, la situation n’a fait qu’empirer.
Aussi, les fondateurs d’écoles privées laïques manifestent leur désarroi et estiment que les autorités publiques devraient se convaincre du rôle social joué par toutes ces écoles dans le développement du pays.
Ils demandent vivement que les autorités gouvernementales les accompagnent vraiment dans cette aventure douloureuse et surtout que soit redéfini le statut des écoles privées au Togo.

Pour sa part, le président de la commission de l’éducation et du développement socio-cultuel à l’Assemblée nationale, très sensible à cette cause, a salué l’initiative et invité les membres de la délégation à porter leurs revendications vers les premières autorités du pays.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here