Togo/Hausse des frais d’inscription à l’UL: le collège des Délégués éteint la polémique

À travers un communiqué publié ce 02 août, le collège des Délégués généraux de l’Université de Lomé a tenu à expliquer le bien fondé des nouveaux frais d’inscription à l’Université de Lomé. « La polémique suscitée par ces augmentations ne devrait pas avoir lieu » selon le communiqué.

C’est une nouvelle qui n’est pas passée inaperçue. A la rentrée prochaine, les frais d’inscription en licence à l’UL seront revus à la hausse. Une nouvelle qui a suscité l’indignation des étudiants que des autres acteurs de la société sur les réseaux sociaux.

Mais pour le collège des Délégués généraux de l’Université de Lomé, cette polémique n’a pas lieu d’être. Cette augmentation vise à donner des « formations pointues » aux étudiants, selon leur communiqué.

Retrouvez l’intégralité du communiqué ci-dessous

COMMUNIQUÉ DU COLLÈGE DES DÉLÉGUÉS GÉNÉRAUX DE L’UNIVERSITÉ DE LOMÉ RELATIF AU FRAIS DE NOUVELLES LICENCES PROFESSIONNELLES

Lomé, le 2 août 2019.

Par la présente note, le collège des délégués vient illuminer l’opinion étudiante sur les frais de nouvelles licences professionnelles à l’Université de Lomé.

La polémique suscitée ne devrait normalement pas avoir lieu relative à l’augmentation des frais de nouvelles licences professionnelles. Cette augmentation ne concerne pas les anciennes licences professionnelles.
Ainsi, Un étudiant inscrit au CIC, ESA, INSI, ESSAd, UIT de Gestion et autres qui sont des licences déjà existantes ne payera que les frais traditionnellement admis.

Mais en revanche, les nouvelles licences professionnelles nécessites des formations pointues et donc c’est tout à fait normal que leur frais soient revus à la hausse.

C’est l’exemple de la géologie minière à la FDS ou encore de l’interprétariat en langue chinoise…

Ces nouvelles licences exigent l’acquisition des moyens de formation de haute gamme. L’État et l’Université ne pouvant tout faire, l’étudiant doit sans doute contribuer.

Retenons aussi que l’Université si elle assure un service public, ce dernier n’a pas comme principe la gratuité…
Tout en espérant que l’équivoque est levé, recevez, nos civilités!

DGA/UL: Demirel BAWA
DG/UL: Richard DAMALI

La Rédaction