Togo: Le Groupe des 5 "somme" le gouvernement d'accélérer la libération des détenus

Comme à son habitude depuis le début de la crise politique, le groupe des 5 composé des ambassades de l’Allemagne, des États-Unis, de la France, de la Délégation de l’Union Européenne et de la Coordination du Système des Nations Unies au Togo se sont une fois encore prononcées.
Face au statuqo qui prévaut et à la tournure des derniers événements, le Groupe des 5 (G5) dans sa posture de toujours dans l’impartialité et d’aider à la résolution de la crise a limité les responsabilités de chacun des protagonistes de la crise.
Le G5 dans son courier invite, le pouvoir de Faure Gnassingbé à poursuivre le mesures d’apaisements. Mesures qui depuis tiennent à cœur à la C14 et qui en a fait sont cheval de bataille.
Ces différentes ambassades demandent l’accélération des procédures judiciaires et l’exploration de mesures de clémences additionnelles en vue de la libération de détenus.
Quant à ce qui concerne la C14, le G5 demande de saisir l’opportunité des recommandations de la CEDEAO relatives au processus électoral afin d’arriver à résoudre durablement cette crise qui n’a que trop durée.
La Coalition des 14 partis de l’opposition est demandée de lancer un appel à leur militants pour qu’ils s’inscrivent sur les listes électorales.
Une recommandation du G5 qui aura du mal à passer quand on sait que la C14 refuse à ses membres d’entrer à la CENI et appelle à des manifestations gigantesques le samedi prochain.
On semble entré depuis quelques jours dans un blocage qui ne risque pas de finir de si tôt.
Pour l’heure, les togolais restent observateurs et la vie semble aller à la normale. Mais dans certains villes, la peur des citoyens est visibles, la peur de revivre un 19 août bis qui a martyrisé les villes comme Sokodé, Mango, Kpalimé, Lomé et voir des localités de Dapaong.
Quelle suite à la crise politique ?
C’est le wait and see.
Essodna K.