Togo/Santé : la fondation SIMONE BRAAS s’engage pour l’éradication du Malaria

La fondation SIMONE BRAAS et ses partenaires veulent faire adopter l’Artémisia au togolais pour le traitement du paludisme. Elle a, à cet effet réuni la presse ce dimanche 28 juillet pour une conférence sur la plante.

Le paludisme est aujourd’hui l’une des raisons de l’abandon scolaire dans certains pays d’Afrique où les familles en situation de précarité n’ont pas les moyens pour assurer un bon traitement à leurs enfants. Cependant, il existe une solution naturelle pour venir à bout de cette maladie qui tue près de 90% des enfants atteint en Afrique. Il s’agit de l’Artémisia, une plante qui pousse dans beaucoup de pays africains mais reste méconnu pour son coté thérapeutique.

Mieux que les pilules qui enlèvent seulement la fièvre, « la tisane d’artmésia enlève tous les gametocytes du sang » précise Dr Pierre Lutgen, docteur en Sciences. La plante permet donc d’éradiquer totalement le paludisme. Il est conseillé de prendre 1l par jour de la tisane d’artémisia pendant une semaine pour éradiquer le paludisme.

Un taux d’éradication de la maladie transmise par l’anophèle femelle de 97% est assuré par l’artémisia contre 70% pour les pilules.
Malgré l’efficacité prouvée de la plante grâce à plusieurs tests cliniques, elle est très peu adoptée au Togo. Un combat que veut gagner la fondation Simone Braas et ses partenaires.

Déjà, la culture à grande échelle d’une espèce de la plante, l’artémisia afra, a commencé au Togo depuis 2016 à Togoville par l’association « Lumières du Togo ». Une culture reprise par d’autres associations notamment « Creuset-Togo » à Sokode. La culture permet par exemple à « Creuset-Togo » de prévenir le paludisme dans son centre. Près d’une dizaine de producteurs ont aussi adopté la production de la plante au Togo.

Cependant du chemin reste à parcourir pour que l’artémisia soit utilisé comme solution contre la malaria et la fondation Simone Braas compte mener ce combat jusqu’au bout. Car avec l’artémisia, « on peut rêver d’éradiquer complètement la malaria » lance confiant Dr Lutgen.

Joël Toglo