Affrontement entre Tchokossi et Gangam au Nord du Ghana : le Président Faure Gnassingbé appelé à la rescousse

Les affrontements entre les communautés Tchokossi et Gangam au nord du Ghana commencent à désespérer des peuples au point qu’ils demandent l’implication du président de la République togolaise, Faure Gnassingbé pour un dénouement heureux.

Nos confrères du journal Mango-Matin lèvent le voile sur le sujet et tirent la sonnette d’alarme afin que le massacre entre ces deux communautés puisse s’arrêter.

Malgré les efforts des uns et des autres pour un cessez-le-feu, ce conflit intercommunautaire persiste avec un bilan effrayant que n’a pas pu présenter le journal, chiffre à l’appui, de peur de traumatiser les communautés voisines vivant du côté du Togo.

« Mais nous détenons des preuves qu’au Togo les deux communautés se regardent en chiens de faïence et n’attendent que l’étincelle qui va brûler la forêt. Nous précisons que c’est surtout du côté de l’Oti-sud, plus précisément dans le canton de Gando », précise le journal.

« Nous recevons tous les jours des blessés par balle et de nombreux appels à l’aide à Mango. Cela donne des frissons quand on écoute certains messages de détresse venant des lieux des conflits », ajoute-t-il.

Eu égard à tout ce qui est évoqué, il est de bon ton que notre journal prenne ses responsabilités pour interpeller les deux chefs d’Etat du Togo et du Ghana, d’œuvrer de concert pour arrêter le massacre entre ces peuples frères.

La rédaction