Togo : l’association « PAHAM » pour défendre les droits de la jeune fille

Malgré l’existence de plusieurs structures étatiques et aussi des ONG, il est remarqué que la maltraitance, les violences et abus sexuels à l’endroit de la jeune togolaise persistent et mérite qu’on y prête oreille attentive afin qu’on apporte des solutions idoines. C’est dans cette perspective que de jeunes togolais, conscients que la jeune fille mérite un meilleur sort ont décidé de se mettre en association pour mettre fin à ce fléau.

Ainsi, le samedi 21 septembre dernier, l’Association PAHAM en abrégée « AP » a mis sur les fonds baptismaux lors de sa première Assemblée Générale. Médias, membres, sympathisants et acteurs de la société civile ont pris part à cette activité qui a mis en lumière les objectifs de cette nouvelle association qui vise l’épanouissement de la jeune fille.

La présidente de l’association, Ali Magnim Yvette a dans son discours raconté une triste histoire concernant une jeune fille de huit (8) ans qui a subi des attouchements à l’école. Un fait qui l’a traumatisé à vie. Elle a ainsi invité chaque acteur à mieux prêter l’oreille aux cris de détresse de toutes ces filles qui pleure en silence.

L’association « PAHAM » qui se dit prête à travailler de concert avec les autres structures œuvrant dans le même domaine se fixe plusieurs objectifs à savoir : Aider la jeune fille à faire face aux différents préjudices causés par les abus sexuels, notamment corporel et psychologique ; accompagner la jeune fille en général et celle victime d’abus sexuel en particulier dans son insertion sociale ; soutenir et contribuer à la réalisation des actions de développement à l’endroit de la population jeune en l’occurrence la jeune fille ; œuvrer pour le respect des droits humains, et aussi Adopter une nouvelle approche, celle d’un développement participatif basé sur l’auto discipline, le travail, le respect de la loi et de l’éthique dans tous les domaines de développement.

S. R