Togo : le groupe WhatsApp « Montesquieu » vole au secours de l’EPP ADjora, l’oubliée des oubliées

Saviez-vous que des enseignants gagnent entre 30.000 à 40.000 F CFA par an dans certaines localités ? Si vous ne le saviez pas, Adjora en est un exemple palpable.

Bienvenue à Adjora. La végétation vous accueille, l’air est frais et naturel. Habillés en haillons, venant des champs, ils vous regardent tous comme un extraterrestre, ou encore un messie. Ils se posent des questions, y’a t-il une campagne ? Non, ce n’est pas une campagne, une délégation du groupe WhatsApp Montesquieu est en prospection. Et pourquoi ?

Tout a commencé lorsque certaines images d’une école dans un état catastrophique et alarmant se sont retrouvées sur la plateforme. Les réactions se sont multipliées. Après quelques jours, certains membres ont proposés de s’organiser afin d’aider du mieux possible cette localité pour que ces élèves aient des conditions assez dignes.

Un comité a été ainsi mis sur pied. Une délégation a pris son bâton de pèlerin à la manière d’un Abraham, direction Adjora. Ville située à 70 km d’Anié. Il n’y a qu’une seule piste rurale. Difficile voir impossible d’accès à voiture. La moto, le moyen de déplacement le plus répandu au Togo est le bienvenu.

Le constat est amer. Pas de tables bancs, les hangars de fortunes avec de la paille et un seul en tôle ne ressemblent à rein. C’est à se demander si vraiment des cours se font dans ces conditions. Eh bien oui. Un enseignant rencontré sur les lieux raconte qu’il gagne entre 30 000 à 40.000 par an, soit 2.500 à 3000 FCFA le mois. La douche froide. La délégation n’en revenait pas.

A la question de savoir si l’école est reconnue par l’Etat, car il faut le dire, il y a de ces écoles de fortunes, l’enseignant répond par l’affirmation et ajoute d’ailleurs que l’Etat a envoyé un Directeur et un autre enseignant. Seuls les deux donc sont mieux payés. Les autres enseignants sont à la charge de la population de la localité.

Du constat à l’action

Les membres du groupe Montesquieu ont donc décidé d’agir. On ne peut pas tout attendre de l’Etat, même si ce dernier à l’obligation de prendre soin de sa population, les citoyens aussi ont leurs responsabilités en attendant l’action effective de l’Etat.

Le groupe a ainsi décidé de construire 4 hangars modernes susceptibles d’être transformé en salles de classes dès l’année académique prochaine. (Il faut commencer quelque part). Équiper l’école de 100 bancs pour les 200 élèves. En effet, l’école ne dispose d’aucun banc.

Les prochains mois qui arrivent, les membres du groupe se mobilisent pour leur offrir un forage et des toilettes. Un budget de 2.940.000 F CFA a été arrêté afin de pouvoir tout réaliser. Les mobilisations continuent pour que cela soit une effectivité dans les prochains mois. Les écoliers d’Adjora ont droit à une bonne éducation.

La Rédaction