Togo/Pornographie, sextape : graves révélations dans le dossier Papson Moutité

0
1 090 vues

Au Togo, en plein COVID-19, une nouvelle affaire vient d’apparaître et fait le tour de la toile. C’est le dossier Papson Moutité. L’artiste qui est mis en garde à vue depuis le samedi 4 avril est reproché de violences sexuelles sur ces collaboratrices. Depuis l’annonce de cette affaire de pornographie, sextape et violences sexuelles, les bras droits du chantre Moutité ne dorment pas.

En effet, le dimanche 5 avril, le site d’information atlanticinfos.com qui a relayé l’information fait l’objet d’attaques et de menaces de la part des thuriféraires de Moutité. Le site dans sa logique a promis de faire des révélations sur leur patron qui n’est pas à son premier coup d’essai. Nos confrères ont tenu parole. Dans un article publié hier dimanche soir, ils font de graves révélations dans le dossier qui accablent le chantre. Une guerre qui ne dit pas son nom semble naître entre les deux entités.

Ci-dessous l’intégralité de l’article de atlanticinfos.com :

Placé en garde vue depuis samedi 04 avril 2020 dans la matinée à la brigade de la gendarmerie Anti-Gang à Djidjolé à Lomé, l’artiste Papson Moutité, le responsable de l’ONG Chan Mou va passer devant un magistrat d’un Substitut demain lundi 06 avril, à 9h30, au Palais de Justice. Selon les informations reçues, Papson Moutité est accusé par ses collaboratrices de « gate strings, tournages de films pornographiques et violences sexuelles ».

En effet, se cachant derrière son ONG Chan Mou, Papson Moutité recrute les jeunes filles qui, d’après les sources, sont généralement des étudiantes. Une fois recrutée pour travailler avec lui, celui qui se fait appeler Chantre, transforme ses collaboratrices en « objets sexuels ». « Il recrute des jeunes filles pour travailler avec lui dans son ONG Chan Mou. Mais par la suite, ces filles deviennent des objets sexuels. Celles qui refusent sont séquestrées et violentées. Il y a des filles qui portent actuellement des traces des violences de Papson Moutité sur les corps », a relevé une source.

« Il n’est pas à son premier acte avec des filles. Il y a déjà fait plusieurs victimes. Après tout, il chante les filles et les menace », a témoigné une autre source.

A en croire des sources concordantes, les charges portées contre l’artiste sont tellement graves qu’il pourrait être déféré demain lundi 06 avril, à la prison civile de Lomé, après son passage devant un Magistrat d’un Substitut, du Parquet, sauf miracle. « Cette fois-ci, personne ne va plus défendre sa cause. Il en fait trop. Il a franchi le Rubicon. Il va aller gouter à la vie de la prison », a souhaité une autre source.

Les dernières cartouches de Papson Moutité

Placé en garde à vue à la Brigade de la gendarmerie Anti-Gang à Djidjolé, celui qui est accusé d’être impliqué dans une affaire de sextape et de violences sexuelles, continue par chanter des gens et par supplier des parents des victimes à retirer leurs plaintes. Ce qui est encore curieux, il continue par écrire dans les groupes sociaux pour hypnotiser les internautes en qualifiant de « fake news », ce que la presse écrit sur lui.

Une bataille perdue d’avance par Papson Moutité et son entourage

Après la publication de l’article la garde à vue de l’artiste, le détenteur du numéro 92 59 78 08, qui se dit être Coordinateur de l’ONG Chan Mou n’a cessé nous menacer et insulter tout en qualifiant de faux nos écrits. Incapable de décliner son identité, il a menti que Papson Moutité n’est pas arrêté ni gardé à vue à la brigade Anti-Gang mais qu’il est chez lui à son domicile « sous soin intensif ». A la question de savoir de quoi souffre son patron, il a préféré de proférer des menaces et des injures que de répondre à la question posée. Ce que nous savons et dont nous avons la certitude, Papson Moutité va passer sa deuxième nuit ce dimanche 05 avril, avec les gendarmes à Djidjolé. Mais comme on ne peux pas cacher le soleil avec les doigts, demain lundi jusqu’à 11heures, on verra entre le site atlanticinfos.com et le Coordinateur de l’ONG Chan Mou, qui dit la vérité.

Nous voulons faire savoir au Coordinateur que son patron a respecté les mesures de barrières du Coronavirus (COVID-19) en portant de cache-nez tout en étant en garde à vue.

Nous y reviendrons !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here