Lutte Olympique : le Togolais Balakiyém Gnazouyoufeï honoré en France pour sa brillante saison 2018-2019

Il est jeune, mais « aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années. » Pierre Corneille. A 24 ans, Balakiyém Gnazouyoufeï est Doctorant en Droit à l’Université de Bordeaux et un champion de lutte olympique.

Après une saison parfaite finissant à chaque compétition sur le podium, le jeune togolais a reçu une distinction honorifique de la part du Comité de Lutte et D.A Nouvelle-Aquitaine pour ce sacré parcours. En effet, pour la saison 2018-2019, Balakiyém a fini Vice-champion et champion par équipe à Bordeaux en juillet 2018, Champion à l’Open de Beach Wrestling qui s’est tenu en août dernier à La Rochelle et médaillé de Bronze au Championnat de France Universitaire en Mars 2019.Même s’il est concentré sur sa thèse, il a toujours le temps et de l’énergie à consacrer pour le sport et surtout la lutte olympique. Le sport (Lutte olympique) c’est sa passion et le Droit son compagnon. Il prouve à suffisance que la force physique et l’intellect peuvent aller de pair. Et que le sport bien pratiqué a des effets positifs sur notre quotient intellectuel.Natif de Soumdina, un canton de la Préfecture de la Kozah (Kara), Balakiyém Gnazouyoufeï sort d’une famille de lutteurs, et surtout d’une région où la lutte est une tradition. Mais, il veut dépasser cette étape de la lutte traditionnelle en faisant de la lutte olympique, une discipline très peu développée dans son pays natal, le Togo. A cet effet, tout en pensant à ses études de Droit public, il a de véritables projets dans le domaine de la lutte olympique pour son pays.

Objectifs et projets

Balakiyém se dit avoir déjà atteint un objectif phare, celui de prouver qu’il pouvait assimiler les études et le sport et s’en sortir brillamment. En démontre sa brillante saison 2018-2019. Son ambition désormais, c’est de permettre à ces jeunes frères de découvrir la lutte olympique, de la pratiquer et de réprésenter le Togo aux multiples échéances régionale et internationale, afin de porter haut les couleurs du drapeau togolais.

Mais en attendant que ce vœu ne se réalise, le jeune “Lion de Soumdina” ne dort pas sur ses lauriers. Pour lui, le Togo a des atouts pour faire la différence dans le domaine de la lutte olympique. Il a ainsi lancé son association dénommée « Young Talent, Build by Sport ». Une association d’éducation par le sport et de la solidarité internationale qui s’inscrit pleinement dans une logique de Sport et Développement.

A but non lucratif, l’association entend utiliser les Activités Physiques et Sportives (APS) pour participer à l’ atteinte des objectifs de développement durable à travers différents programmes noamment l’Education par la lutte, Sport et citoyenneté… elle s’inscrit également dans une logique d’éducation à la citoyenneté et la solidarité internationale afin de favoriser des échanges entre les jeunes lutteurs français et togolais. Le sport est d’ailleurs l’une des activités dans lesquelles on remarque le plus de solidarité et la culture de l’esprit d’équipe.Build by Sport a pour objet de relever le défi du développement dans les pays du Sud notamment le Togo, en utilisant le sport comme levier d’action dans des domaines divers tels l’éducation, la citoyenneté, l’insertion professionnelle, l’inclusion sociale.

A cet effet, Balakiyém et son association ont organisé à Kara un tournoi de lutte doté de prix pour les jeunes le 14 septembre dernier. Il a distribué des kits scolaires aux élèves et a aussi pris en charge les frais de scolairité des jeunes meilleurs lutteurs. Pour la première fois de jeunes filles ont eu accès à une arène de lutte suscitant l’émerveillement auprès du public qui a fait le déplacement. Une première grande action de son association qui a été un succès et qui a vu la présence de quelques personnalités de la ville de Kara et surtout les populations qui ont répondu présent.

Confiant, le jeune champion croit fort que tout est possible si on a la foi et de la détermination.

Sans Rancune